Bienvenue!

Le Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick (NBSC) est un organisme bénévole à but non lucratif qui se consacre à la protection du saumon sauvage de l'Atlantique et au soutien des activités de restauration et de mise en valeur de tous les bassins hydrographiques du Nouveau-Brunswick.

nbsc logol transparent

Politique de stockage

Télécharger la politique (EN)

Politique d'ensemencement du Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick

C'est la politique du Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick (CSNB) de fournir des lignes directrices aux affiliés du CSNB en utilisant les « meilleures pratiques » pour aider à développer un programme d'empoissonnement. Les principes directeurs sont que, lorsque cela est justifié, les souches sauvages de saumon atlantique indigène du Nouveau-Brunswick soient ensemencées dans les eaux provinciales, à condition que les poissons introduits ne compromettent pas la santé ou l'intégrité génétique des stocks sauvages existants.

Contexte de la politique

Les stratégies de gestion des poissons du CSNB se concentrent sur la gestion responsable de l'habitat du poisson et des populations de poissons afin de promouvoir la reproduction naturelle des populations de poissons sauvages. Malgré cela, le repeuplement est parfois justifié pour maintenir des populations individuelles spécifiques tandis que la ou les causes profondes entraînant des déclins de population sont traitées. En d'autres termes, le stockage est une tentative d'atténuer les effets de ces causes profondes.

L'ensemencement devrait être considéré comme un élément potentiel de la préservation de la population de saumon et des programmes de rétablissement subséquents, mais ne devrait pas être la première composante d'un programme de rétablissement envisagé ou mis en œuvre. L'empoissonnement a toujours été utilisé comme méthode par défaut pour contrer les faibles populations de poissons. Cependant, un repeuplement sans discernement peut avoir des conséquences imprévues (par exemple, des changements délétères dans les populations entraînant une réduction de la diversité génétique). En tant que tel, l'ensemencement de poissons élevés artificiellement doit être soigneusement étudié avant d'intégrer l'ensemencement dans un plan de rétablissement.

Les rivières à saumon sont variées et complexes dans leurs caractéristiques physiques, chimiques et biologiques qui doivent être soigneusement prises en compte lors de la détermination des meilleures stratégies de gestion des pêches.

L'empoissonnement, lorsqu'il est appliqué de manière incorrecte, peut être préjudiciable au biote aquatique naturel et peut entraîner une perte de ressources par la compétition, la prédation et la consanguinité génétique ou la reproduction exogame. Compte tenu du coût et des risques associés à l'ensemencement, il est idéalement important que toutes les autres options de gestion soient également considérées comme des éléments d'un plan de rétablissement. À moins que les causes profondes entraînant le déclin de la population ne soient identifiées et atténuées, le repeuplement peut ne pas atteindre l'objectif de rétablissement global de la population et peut servir uniquement à masquer les impacts négatifs des causes profondes.

DÉFINITIONS

Phénomène de population déprimée : Une population de poissons qui est tombée en dessous d'un niveau d'autosuffisance. Souvent appelé effet Allee.

F Concept : F fait référence au nombre de générations d'un poisson ensemencé dans la nature. Par example:

  • Un poisson F0 est un poisson sauvage qui a été capturé et maintenu en captivité pendant un certain temps pour éviter les facteurs de mortalité qui auraient été rencontrés dans la nature pendant la captivité. Lorsque ce poisson est relâché (ensemencé), il est encore sauvage et donc un poisson F0. Un exemple serait un poisson adulte relâché dans le cadre d'un programme de supplémentation de saumoneaux à adultes (voir ci-dessous) ou un charognard sauvage remis en état (saumon post-fray).
  • Un poisson F1 est un poisson dont les parents étaient sauvages et ont été reproduits artificiellement. Des exemples de stades de vie résultant du frai qui pourraient être ensemencés sont les œufs plantés dans le gravier des ruisseaux d'alevinage, les lâchers d'alevins, les lâchers de tacons, les lâchers de saumoneaux et les lâchers d'adultes avant le frai.
  • Un poisson F2 est un poisson dont les grands-parents étaient sauvages. Ce type de programme prend la progéniture F1 une génération supplémentaire en permettant aux poissons F1 de mûrir dans l'écloserie, de les y pondre artificiellement et de stocker leur progéniture avec les stades de vie candidats étant les mêmes que pour les lâchers F1 (œufs, alevins, etc.) .

Alevins : Un saumon dans sa première année de vie.

Banque de gènes vivants : un programme dans lequel les diversités génétiques des populations de saumon sauvage gravement épuisées sont maintenues dans une écloserie (souvent appelée installation de biodiversité).

Parr : Un saumon juvénile occupant l'environnement d'eau douce et âgé de 1 an ou plus.

Approche de précaution, un système qui est actuellement mis en œuvre dans les rivières à saumon du Nouveau-Brunswick et qui classe les populations de saumon sauvage en trois zones en fonction des niveaux de population estimés. Ces zones sont :

  • Zone critique : La population de reproducteurs dans cette zone est inférieure au niveau auquel elle produira une population juvénile qui se traduira par la moitié de la remonte maximale de saumoneaux pour la rivière en question. Par exemple, dans le nord-ouest de Miramichi, à une ponte de 1,74 par m2 d'habitat, il y a une forte probabilité que la moitié de la remontée maximale de saumoneaux de cette cohorte de reproducteurs soit atteinte. Aux pontes inférieures à cette valeur, la population se trouve dans la zone critique et aucun prélèvement ou récolte inutile n'est recommandé. La valeur de 1,74 œuf par m2 est appelée le point de référence limite (PRL). Le LRP est spécifique à chaque rivière.
  • Zone de prudence : Dans cette zone, la population a atteint et dépassé le point de référence limite mais est inférieure au point de référence supérieur du stock (USR), qui est généralement de deux à trois fois le point de référence limite. Par exemple, si l'USR était défini comme étant 2,5 fois le point de référence limite de 1,74, la zone de prudence serait de 4,35 œufs par m2. Dans cette zone, la récolte et les prélèvements peuvent augmenter avec l'augmentation des valeurs de ponte qui sont atteintes jusqu'à ce qu'un niveau maximum de récolte/prélèvement soit atteint au niveau de référence supérieur du stock (USR).
  • La zone saine. Dans cette zone, la ponte a dépassé le stock de référence supérieur, et un taux de récolte maximal fixe est recommandé, quelle que soit la mesure dans laquelle la ponte dépasse l'USR.

Réhabilitation : L'empoissonnement est utilisé, conjointement avec tout changement nécessaire aux stratégies de récolte et à d'autres stratégies de gestion appropriées, pour aider à préserver une population de poissons sauvages indigènes localement ou régionalement déprimée et faciliter un retour à un état d'autosuffisance.

Saumoneau : Un saumon juvénile qui est physiologiquement capable de vivre dans l'eau de mer à pleine puissance. Les saumoneaux sauvages migrent normalement activement de l'eau douce à l'eau salée. Lorsqu'ils sont entrés dans l'eau salée, ils sont considérés comme des post-saumoneaux.

Programme de supplémentation des saumoneaux aux adultes (SAS) (également connu sous le nom de programme d'élevage d'adultes en captivité) : un programme dans lequel les saumoneaux sauvages sont capturés et élevés dans l'écloserie jusqu'à maturité. Les poissons adultes peuvent ensuite être relâchés pour frayer naturellement en tant que F0 ou frayer dans l'écloserie avec (généralement) les alevins F1 relâchés. Ensemencement : introduction de poissons produits ou élevés en captivité dans l'habitat naturel du poisson. Souche : un groupe d'individus ayant des ancêtres communs qui présentent des différences génétiques, comportementales, physiologiques ou morphologiques par rapport aux autres groupes de la même espèce. Saumon sauvage de l'Atlantique : tout saumon au-dessus d'un F0. Le saumon atlantique est considéré comme « sauvage » s'il a frayé dans la nature et provient de parents sauvages. Dans le cas de Live Gene Banking, les saumons qui sont la progéniture (saumoneaux ou grands tacons) de parents sauvages et qui sont élevés en captivité depuis les juvéniles jusqu'à la maturité puis relâchés sont des poissons sauvages, tout comme leur progéniture. Les poissons éclos en captivité et relâchés dans la nature ne le sont pas.

TYPES DE STOCKAGE

Sur la base des objectifs et des impacts attendus, les types de repeuplement acceptables pourraient inclure :

L'empoissonnement de type 1 (traditionnel) tente de remédier aux limitations de la production de juvéniles dans l'environnement d'eau douce en prélevant des saumons adultes (généralement des adultes sauvages), en les reproduisant artificiellement et en produisant divers stades de juvéniles dans des écloseries ou d'autres installations satellites. Les juvéniles sont ensuite relâchés dans la nature où ils grandissent jusqu'à l'âge adulte et se reproduisent et/ou fournissent des avantages pour la pêche. Bien que les stades juvéniles, tels que les œufs fécondés, les alevins, les alevins d'automne et les yearlings d'automne, puissent être produits et relâchés, les produits ultimes de type 1 sont les saumoneaux pour lesquels l'exposition des juvéniles aux environnements naturels d'eau douce est éliminée. Dans le passé, cela se faisait à l'écloserie de Mactaquac sur la rivière Saint-Jean. Le programme d'empoissonnement de Mactaquac de type 1 « élevage en mer » de saumoneaux, l'intention étant de compenser la perte d'habitat d'eau douce due à la construction du barrage et de la centrale de Mactaquac. Un autre exemple de programme de type 1 est l'incubation au bord du cours d'eau.

Étant donné que les programmes de type 1 impliquent généralement l'élimination des adultes sauvages, échangeant ainsi le frai sauvage avec le frai artificiel et l'élevage des juvéniles, il faut faire preuve de prudence. Des efforts doivent être faits pour maximiser la diversité génétique de la descendance produite. Cependant, ces programmes peuvent avoir certains avantages en réduisant la mortalité des œufs due à l'inefficacité du frai sauvage ou aux problèmes d'incubation (c.

L'empoissonnement de type 2, ou l'élevage ou le reconditionnement d'adultes en captivité (c. Dans la plupart des cas, les saumoneaux sauvages sont capturés puis élevés jusqu'à maturité en captivité, les poissons matures étant ensuite relâchés pour frayer naturellement (un projet d'empoissonnement F0). Alternativement, les juvéniles sauvages sont maintenus jusqu'à maturité dans l'écloserie et y pondent pour produire des poissons juvéniles F1, souvent des alevins non nourris pour l'empoissonnement. Un grand nombre de poissons pour une réhabilitation rapide peut être produit si un grand nombre de ces poissons juvéniles sont eux-mêmes maintenus à maturité et autorisés à frayer dans la nature ou sont reproduits en écloserie pour produire des alevins F2. Des programmes F1 ou F2 complets qui libèrent des alevins non nourris plutôt que des adultes matures réduisent le risque théorique de dilution génétique des souches sauvages en évitant le frai entre les poissons sauvages et les poissons d'écloserie.

Lorsque la ponte d'une population tend vers la zone critique (voir l'approche de précaution ci-dessus), des programmes de réhabilitation utilisant l'ensemencement de type 2 pourraient être envisagés, notamment :

A. Lorsque la ponte approche du niveau auquel le phénomène de diminution de la population est probable, un programme de lâcher d'adultes de type 2 / F1 ou d'ensemencement de type 2 / F2 devrait être envisagé et est presque obligatoire.

B. Lorsque la moyenne de ponte est chroniquement inférieure au point de référence limite, un programme de lâcher d'adultes de type 2/F0 ou d'ensemencement de type 2/F1 doit être envisagé.

PRINCIPES DE STOCKAGE

  1. Tous les efforts de stockage. Un déclencheur bien défini pour le stockage doit être convenu. Étant donné qu'un programme lancé à partir de zéro prend plusieurs années à mettre en œuvre, il existe un risque qu'il soit lancé trop tard. Le NBSC suggère que lorsque le niveau de tendance de la moyenne mobile sur six ans1 de la ponte tombe en dessous d'un ratio convenu du PRL (par exemple, 90 %), un programme de repeuplement soit préparé. Si une seule année catastrophique se produit (par exemple, 50 % du PRL), un programme doit être planifié et accéléré immédiatement.
  2. Dans la mesure du possible, ne stockez que du saumon de l'Atlantique d'origine sauvage, originaire du plan d'eau spécifique génétiquement approprié et certifié indemne de maladie. Le saumon non sauvage peut être ensemencé, mais la préférence doit être donnée à la maximisation de l'exposition sauvage du poisson ensemencé. Par exemple, alevins non nourris > alevins nourris > alevins d'automne > jeunes d'un an > saumoneaux. Lorsqu'il n'est pas possible d'utiliser une source endémique au bassin versant ensemencé, utilisez des poissons génétiquement similaires provenant des bassins versants/écosystèmes voisins.
  3. Un programme de repeuplement doit être mené conjointement avec des programmes pour s'attaquer aux causes profondes du déclin du stock.
  4. Veiller à ce qu'un examen général des avantages et des impacts potentiels de l'ensemencement soit mené et pris en considération.
  5. Démontrer que le retrait de saumons juvéniles ou adultes de la nature pour améliorer la ponte future dans les habitats naturels profite clairement aux stocks.
  6. Tous les poissons à ensemencer doivent répondre aux exigences sanitaires du ministère des Pêches et des Océans conformément au Règlement sur la protection de la santé des poissons et au Règlement de pêche (général).

 Pré-requis

Les éléments suivants devraient être mis en œuvre avant de lancer des projets d'empoissonnement :

  • Identification des causes profondes de la faiblesse de la population.
  • Une description claire des objectifs du projet et des mesures quantifiables pour évaluer son succès.
  • Un examen des impacts écologiques, économiques et sociaux du projet.
  • Une détermination que le stockage est la stratégie de gestion intérimaire la plus appropriée.
  • Une détermination de la souche appropriée, de la classe d'âge et du taux de charge en fonction de l'objectif de charge prévu.
  • Permis en bonne et due forme du Comité d'introduction et de transfert du Nouveau-Brunswick. · Concevoir une stratégie de sortie - c'est-à-dire un calendrier ou des critères pour le moment où le stockage n'est plus nécessaire.
  • Si les problèmes à l'origine du besoin de repeuplement ne peuvent pas être résolus (par exemple, les effets des barrages électriques permanents ou la perte d'habitat due à l'urbanisation), l'atténuation de ces effets par le repeuplement devrait se poursuivre à perpétuité.

Évaluation, suivi et réévaluation

Une surveillance de suivi des programmes d'ensemencement du saumon atlantique devrait être effectuée pour déterminer le succès des efforts d'ensemencement selon les mesures quantitatives du succès établies pour chaque initiative d'ensemencement. Cette surveillance pourrait inclure des estimations de la population de poissons et des relevés de pêche à la ligne/de capture pour évaluer le rétablissement de la population et/ou la croissance et les taux de retour des poissons ensemencés en tant qu'indicateurs du succès de l'empoissonnement.

Pour aider à garantir que les poissons ensemencés peuvent être facilement distingués une fois relâchés parmi les poissons sauvages, chacun devrait recevoir, dans la mesure du possible, une marque avant l'ensemencement.