Bienvenue!

Le Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick (NBSC) est un organisme bénévole à but non lucratif qui se consacre à la protection du saumon sauvage de l'Atlantique et au soutien des activités de restauration et de mise en valeur de tous les bassins hydrographiques du Nouveau-Brunswick.

nbsc logol transparent

Politique : Extraction de gaz de schiste non conventionnel (fracking) au Nouveau-Brunswick

Télécharger la politique (EN)

Adopté par le conseil d'administration de la NBSC lors de l'AGA du 15 mars 2014

PRÉPARÉ PAR : Le Comité de développement des ressources du Conseil du saumon du N.-B.

DATE : 6 décembre 2013 (rév : 14 janvier 2014, 14 février 2014)

Fond

Le Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick (le Conseil ou le CSNB) se préoccupe de la santé du saumon sauvage de l'Atlantique, des populations de saumon et de l'habitat dont ils ont besoin pour survivre. Par conséquent, le Conseil est préoccupé par le développement proposé d'une industrie qui propose d'extraire du gaz à l'aide de moyens non conventionnels (communément appelés « fracturation hydraulique ») des gisements de schiste qui sous-tendent plusieurs rivières à saumon de classe mondiale situées au Nouveau-Brunswick. Ces dépôts de schiste couvrent environ 10 000 km2 (1 000 000 ha) au Nouveau-Brunswick, une grande partie de cette zone se trouvant dans le bassin hydrographique de la rivière Miramichi sud-ouest.

Bien que de nombreuses autres questions soient soulevées et étudiées au Nouveau-Brunswick concernant la santé humaine et d'autres problèmes environnementaux, cet effort du Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick porte spécifiquement sur le saumon sauvage de l'Atlantique et les écosystèmes dont ils dépendent pour survivre. La pêche récréative du saumon sauvage de l'Atlantique rapporte des millions de dollars et des centaines d'emplois aux régions rurales du Nouveau-Brunswick chaque année. La pêche au saumon est une industrie durable basée sur une ressource renouvelable.

En décembre 2012, le conseil d'administration du NBSC a formé un sous-comité pour identifier les problèmes concernant l'interaction de ces activités avec la santé et le bien-être du saumon sauvage de l'Atlantique et les écosystèmes dont ils dépendent.

Notre compréhension de base actuelle de l'industrie de la fracturation proposée est résumée ci-dessous :

  1. L'étendue potentielle du schiste contenant du gaz exploitable commercialement est estimée à l'aide de méthodes d'essais sismiques.
  2. Ces estimations sont confirmées par des forages d'essai.
  3. L'accès aux sites d'extraction se fait sur les corridors existants dans la mesure du possible, cependant, de nouvelles routes seront nécessaires pour accéder à certaines zones.
  4. Des plateformes de puits en béton sont construites et plusieurs trous sont forés d'abord verticalement puis horizontalement dans les gisements de schiste. Les sections de puits horizontales peuvent mesurer jusqu'à trois kilomètres de long. La direction de la partie horizontale du trou de forage est basée sur la maximisation du nombre de fractures naturelles de schiste rencontrées le long de sa trajectoire.
  5. Des tubages de puits sont installés le long du trou pendant le forage vertical et un coulis de béton est injecté dans le puits et refoule l'extérieur du tubage pour sceller la partie verticale du tubage au substrat rocheux.
  6. La jambe horizontale a des fentes dans le tuyau. Un grand volume d'eau contenant environ 2 % de lubrifiants chimiques, d'inhibiteurs d'oxydation et un « agent de soutènement » (c'est-à-dire du sable) est injecté à très haute pression dans le puits. Ce mélange élargit les fissures existantes dans le schiste. Les supports de sable ouvrent les fissures permettant au gaz naturel d'être libéré dans le tubage du puits pour être capturé à la surface.
  7. Lorsque la pression est relâchée, le méthane nouvellement libéré et le fluide de fracturation remontent à la surface via le tubage. Ce mélange est maintenu dans le tubage vertical du puits par le joint de coulis de béton discuté précédemment
  8. Le fluide est capté et réutilisé ou transporté pour traitement.
  9. Le gaz est d'abord torché et le puits est coiffé d'une tête de puits
  10. Une ligne de collecte est construite jusqu'à la plate-forme de puits et des puits individuels sont connectés à cette ligne.
  11. Le gaz est acheminé vers une usine de conditionnement où les impuretés sont éliminées.
  12. Il est repressurisé pour l'exportation dans une canalisation latérale qui l'amène à la ligne principale pour le transport vers les consommateurs.

2.0 Aperçu et évaluation des préoccupations

2.1. Le gaz et le fluide de fracturation s'échappent de la branche horizontale du puits

Au Nouveau-Brunswick, il est prévu que la partie horizontale des puits sera de 2 à 3 kilomètres sous terre, sous une « roche de couverture » dense, sous les profondeurs typiques de la nappe phréatique. Le règlement du N.-B. « Règles pour l'industrie » exige une profondeur de fracturation minimale de 600 m. Selon le géologue de l'UNB, le Dr Tom Al, il est hautement improbable que les fluides et les gaz résiduaires contaminent la nappe phréatique étant donné l'immense pression imposée par la roche de couverture. Cependant, la migration du gaz naturel et du fluide de fracturation a été documentée pour se déplacer vers la surface à travers des puits abandonnés et des failles géologiques naturelles qui relient le schiste à la surface. Ces connexions entre la branche horizontale des puits et la surface doivent être bien comprises et cartographiées afin qu'elles puissent être évitées. Des exigences strictes pour la localisation des failles géologiques et des puits abandonnés sont nécessaires pour un placement approprié de la jambe horizontale.

Impact potentiel : Aux profondeurs proposées, très peu de migration vers la nappe phréatique ou les eaux de surface est anticipée.

Atténuation : Comme indiqué par les experts géotechniques de l'UNB, la probabilité de ces événements est faible. Ceci est une préoccupation mineure pour le CSNB, à condition que les failles et les puits abandonnés puissent être évités.

Priorité : Faible

2.2. Intégrité du tubage du puits - Fuite de gaz et de fluides dans la branche verticale et en tête de puits

Le méthane est un puissant gaz à effet de serre et le fluide de fracturation peut contaminer les eaux de surface. Des fuites à la tête de puits ont été documentées au sein de l'industrie et la province reconnaît que tous les puits fuient dans une certaine mesure. Le maintien de l'intégrité du tubage est essentiel pour empêcher la contamination de la nappe phréatique et des eaux de surface et dépend entièrement des procédures et des processus des entrepreneurs et des limitations des matériaux. La province n'a pas fourni d'information qui quantifie le taux d'échec prévu ni les résultats potentiels de ces échecs. Toutes les défaillances n'entraîneraient pas nécessairement une perte de gaz/liquide dans les eaux de surface ou souterraines.

Impact potentiel : Il y aura toujours un certain niveau de risque de perte d'intégrité dans la branche verticale et/ou à la tête de puits. L'impact de la contamination par le méthane des eaux de surface sur le saumon atlantique sauvage et la santé aquatique n'est pas bien compris. La fuite de fluides de fracturation/eaux usées pourrait avoir un impact aigu et significatif sur les saumons atlantiques juvéniles et adultes et la qualité de l'eau/de l'habitat.

Atténuation proposée : Il devrait y avoir une tolérance zéro pour ce type de fuite. Exiger que des systèmes soient en place pour détecter ces événements et réparer le problème. Exiger la certification ISO de toutes les entreprises impliquées dans l'installation et la maintenance des têtes de puits. Exiger une inspection obligatoire à temps plein pendant toutes les phases par des inspecteurs tiers indépendants. Le ministre de l'Énergie mentionne un niveau de tolérance « 6 vaches » pour la quantité de méthane qui serait autorisée avant que des mesures ne soient prises. Exiger des rapports publics obligatoires sur le taux de défaillance des puits et sur les résultats déterminés de ces défaillances.

Priorité : très élevée

2.3. Implantation des coussinets de puits

Le CSNB est préoccupé par le fait que les retraits proposés de 30 m énoncés dans les « Règles pour l'industrie » du N.-B. pourraient être insuffisants pour protéger les sources, les ruisseaux, les rivières et la santé aquatique des effets potentiels de la perte d'intégrité de la tête de puits et/ou des déversements en surface de fluides résiduaires. . Le forage directionnel horizontal permet d'accéder à des gisements de schiste situés à des kilomètres de là, il n'est donc pas nécessaire de localiser des plateformes de puits directement adjacentes aux cours d'eau.

Impact potentiel : Si les plates-formes de puits sont trop proches des cours d'eau, l'impact de la perte d'intégrité de la tête de puits, les déversements sur le site (lors de la manipulation des déchets) et l'envasement sont de plus en plus préoccupants. Toute combinaison de ces occurrences pourrait servir à contaminer les aires de frai, d'alevinage et d'élevage du saumon sauvage de l'Atlantique si des plateformes de forage sont autorisées à être placées aussi près que 30 m d'un cours d'eau.

Atténuation proposée : Le CNB recommande une exigence de retrait d'au moins 200 m des cours d'eau, alors que les règles du N.-B. pour l'industrie stipulent 30 m.

Priorité : modérée

2.4. Approvisionnement en eau pour le processus de fracturation

Le processus de fracturation hydraulique nécessite de grandes quantités d'eau. Chaque puits peut nécessiter plus de 10 millions de litres d'eau pour terminer le processus. Pendant certaines périodes de débit élevé de l'année (par exemple au printemps), il y a généralement suffisamment d'eau en excès provenant des inondations pour que ces quantités n'aient qu'un impact mineur. Cependant, dans certaines régions, le prélèvement d'eau des cours d'eau naturels peut avoir un effet sur la quantité requise pour soutenir les processus de vie du saumon atlantique, en particulier pendant les périodes de faible débit (p. ex. mi-fin de l'été, début de l'automne et hiver). Notez que souvent les débits les plus bas sont en hiver lorsque les œufs sont dans le gravier.

Impact potentiel : Les rabattements d'eau dans les zones de frai/d'élevage du saumon sauvage de l'Atlantique pendant les périodes de faible débit peuvent entraîner une augmentation de la température de l'eau, une disponibilité moindre de l'habitat et une plus grande compétition entre les saumons juvéniles, réduisant ainsi les taux de survie en eau douce.

Atténuation proposée : Appliquer des interdictions aux sources d'eau (p. ex. lacs, cours d'eau, eaux souterraines potables). L'eau ne doit pas être prélevée de sources qui servent à assurer des processus naturels, c'est-à-dire l'eau d'élevage du saumon. La priorité doit aller à la protection de la santé aquatique. Les sources potentielles d'eau considérées comme acceptables comprennent les eaux usées des usines de traitement, l'eau douce provenant de la source de la marée ou l'eau de mer.

Priorité : élevée

2.5. Gestion et élimination des fluides résiduaires

À ce jour, les déchets liquides provenant des procédés d'hydrofracturation au Nouveau-Brunswick ont ​​été transportés par camion vers une installation de traitement à Debert, en Nouvelle-Écosse. Cependant, l'installation de traitement Debert n'accepte plus les fluides de fracturation des déchets du Nouveau-Brunswick. Les options d'élimination sont limitées pour des raisons financières (l'osmose inverse et l'évaporation de l'eau sont très coûteuses). L'injection de puits profonds, une méthode d'élimination utilisée dans certaines juridictions américaines, n'est pas une option au Nouveau-Brunswick en raison de contraintes géologiques selon le MRN. De nouvelles installations de traitement seront nécessaires au Nouveau-Brunswick ainsi que des moyens appropriés de réutilisation et d'élimination de l'eau traitée. Nous comprenons que cela sera abordé dans les EIE des promoteurs avant le forage de production. À l'heure actuelle, dans le cadre du processus d'obtention de permis, la province exige que les promoteurs soumettent des plans à l'approbation du ministère de l'Environnement du Nouveau-Brunswick (MENV) pour l'élimination de leurs fluides résiduaires. Ces plans doivent être acceptés par NBDENV) avant l'autorisation de développement.

Impact potentiel : La principale préoccupation est la perte potentielle de fluides et de substances contaminés dans nos eaux souterraines/de surface, soit lentement au fil du temps (infiltration des lagunes de stockage) soit aiguë en raison de défaillances/accidents de transport/manutention. En fin de compte, les eaux usées traitées doivent être rejetées dans l'environnement d'eau salée, il doit donc y avoir des normes et des réglementations strictes régissant où et comment cette élimination doit être effectuée.

Atténuation proposée :

Récupération et stockage des fluides résiduaires : Il ne devrait pas y avoir de stockage à ciel ouvert ni de déversement de saumure dans les eaux intérieures et les estuaires. Les lagunes peuvent et vont fuir avec le temps et finiront par se déverser dans les eaux de surface. Les lagunes ne peuvent pas dessaler les eaux usées, ce qui signifie que les fuites et les rejets d'eau de surface des lagunes pourraient entraîner la fuite de solutions salines/saumâtres dans les cours d'eau.

Transport des fluides résiduaires : Il existe un potentiel élevé de déversements, en particulier le long des nouvelles routes de service non pavées. Les fluides résiduaires doivent être considérés comme équivalents à l'essence. Il doit être manipulé avec des procédures et des soins similaires et appropriés.

Les eaux usées entièrement/correctement traitées/décontaminées doivent répondre aux normes/réglementations de post-traitement appropriées et sont une saumure saline qui, selon nous, ne peut être déposée en toute sécurité que dans l'océan.

Il doit y avoir un strict respect des exigences de planification avant le développement, y compris un arrêt de l'exploitation si le plan n'est pas mis en œuvre avec succès.

Priorité : très élevée

2.6. Surveillance de l'eau et de la santé aquatique

La surveillance et l'application de la santé aquatique (de base et continue) ne sont pas couvertes par les règles pour l'industrie. Il s'agit d'une préoccupation principale du Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick. La surveillance de la chimie de l'eau n'est qu'une composante de la surveillance des conditions aquatiques. La surveillance des invertébrés benthiques est nécessaire pour fournir des indications sur la façon dont la vie aquatique réagit aux changements dans la chimie de l'eau qui peuvent se produire naturellement ou à cause de causes anthropiques telles que le forage, l'exploitation minière, etc.

Impact potentiel : Si les conditions de base de la santé aquatique ne sont pas déterminées avant le développement, en tenant compte des variations naturelles, et si des tests en cours ne sont pas effectués, il sera peu probable que des changements à la santé aquatique résultant des opérations soient détectés et atténués de manière appropriée. Cela inclurait également la difficulté à déterminer la cause et à attribuer la responsabilité.

Atténuation proposée :

Essais de référence obligatoires par des tiers de la qualité des eaux de surface et de la nature benthique, y compris la détermination de la variation naturelle, payés par l'industrie. (Remarque : les règles pour l'industrie ne font aucune mention de la surveillance benthique – seulement de la qualité de l'eau. Le comité estime qu'il s'agit d'une lacune importante en ce qui concerne la protection du saumon sauvage de l'Atlantique).

Les essais benthiques devraient commencer avant le début de l'exploration sismique.

Il devrait y avoir des tests tiers obligatoires en cours pendant le développement, l'exploitation et après l'arrêt.

Les tests doivent être lancés immédiatement pour déterminer les données de base et la variabilité naturelle. Sans connaître la variabilité naturelle de la qualité de l'eau et de la santé aquatique sur une série d'années, les problèmes causés par l'industrie peuvent ne pas être « prouvables ».

Priorité : élevée

2.7. Activités générales de l'industrie

Il existe de nombreux processus et de nombreux opérateurs exerçant différentes fonctions lors de l'exploration, du forage, de la fracturation, de l'extraction, du transport, du traitement, etc. Il existe de nombreuses possibilités qu'une mauvaise pratique entraîne une altération, une perturbation ou une destruction nuisibles du saumon et de son habitat.

Atténuation proposée :

  1. Toutes les entreprises impliquées à toutes les étapes du processus doivent être certifiées ISO.
  2. Tous les contrôles doivent être effectués par des tiers certifiés indépendants, payés par l'industrie.

Priorité : élevée

2.8. Effets cumulatifs du développement extensif (c.-à-d. densité dans les bassins versants)

On ne sait pas à quel point l'industrie deviendra grande. Une simple extrapolation de la superficie du schiste et des règles empiriques pour la densité des puits et des plates-formes conduit à une estimation de 30 000 puits et de 5 000 à 6 000 plates-formes de puits. Cela impliquerait le développement d'un vaste corridor linéaire qui agirait de manière cumulative avec la forêt et les routes de surface pavées pour avoir un impact significatif et mesurable sur l'habitat du saumon en raison de l'érosion, de la sédimentation, de l'élimination des forêts, des changements géomorphologiques qui en résultent et de la disposition d'accès pour la surexploitation des ressources en saumon. Cette ampleur du développement ne peut pas être correctement atténuée et n'est pas acceptable pour le CNB. La province a indiqué lors d'une réunion récente que cette extrapolation n'était pas valide. La province prévoit le développement de seulement 50 puits par an (~10 blocs/an) pendant 20 ans. Cette ampleur du développement pourrait être absorbée par la capacité d'assimilation de l'environnement si elle est correctement atténuée.

Atténuation proposée : Suivre les meilleures pratiques d'atténuation pour le développement de corridors linéaires. Planifier et payer le déclassement d'une longueur équivalente de chemin forestier inutilisé pour compenser le développement de nouveaux corridors linéaires. Placer un plafond obligatoire sur l'étendue du développement à un niveau indiqué par la province lors de notre récente réunion - c'est-à-dire pas plus de 50 puits par an. Interdire le report de la capacité de développement d'une année sur l'autre (c'est-à-dire que si 40 puits sont achevés une année, n'en autorisez pas 60 l'année suivante). Aucun développement de puits ne devrait être autorisé après une période de 20 ans.

Priorité : très élevée

2.9. Évaluations d'impact environnemental (EIE)

Le NBSC suggère une exigence selon laquelle, après le forage de 500 puits, une EIE supplémentaire doit être réalisée qui examinera les progrès réalisés à ce jour, les défis rencontrés, évaluera les impacts cumulatifs du développement et comment l'industrie va s'adapter aux lacunes rencontrées.

Priorité : très élevée

2.10. Préoccupations supplémentaires

L'utilisation de technologies et de pratiques de fracturation hydraulique horizontale non conventionnelles, multidirectionnelles (fracking) date de moins d'une décennie (environ 6 à 7 ans). De nombreux problèmes liés à l'eau sont apparus là où l'industrie s'est développée trop rapidement, en particulier dans certaines parties des États-Unis. On ignore beaucoup de choses sur les risques et les impacts à court, moyen et long terme de cette industrie sur la santé de nos ressources en eau douce.

Des problèmes imprévus peuvent également survenir, comme en témoigne la ruée bien intentionnée vers le développement de la salmoniculture marine qui a eu des impacts à grande échelle sur le saumon atlantique sauvage et ses écosystèmes.

De nombreuses questions et inconnues demeurent. De nombreuses études sont encore nécessaires pour comprendre les risques et menaces réels pour les sources, ruisseaux, rivières, lacs, etc., et pour les espèces de poissons indigènes, le saumon sauvage de l'Atlantique en particulier.

En résumé, les principaux enjeux entourant une nouvelle industrie du gaz de schiste au Nouveau-Brunswick qui sont classés prioritaires ou très prioritaires par le CNB sont :

  1. Intégrité du tubage du puits - Le gaz et le fluide de fracturation s'échappent à la tête du puits ;
  2. Approvisionnement en eau pour le processus de fracturation hydraulique ;
  3. Gestion et élimination des fluides résiduaires ;
  4. Surveillance de l'eau et de la santé aquatique ;
  5. Activités générales de l'industrie ; et
  6. Les effets cumulatifs du développement extensif.

3.0 Considération de la politique proposée

En raison de son statut de promoteur de politiques et d'actions qui préservent et profitent au saumon sauvage de l'Atlantique, à son habitat et à ses pêches, le Conseil du saumon du Nouveau-Brunswick s'oppose au développement d'une industrie du gaz de schiste au Nouveau-Brunswick à moins et jusqu'à ce que :

  1. les mesures d'atténuation des effets potentiels répertoriées dans ce document sont mises en œuvre, en particulier pour tout impact potentiel identifié comme étant de priorité modérée à très élevée.
  2. l'industrie est maintenue à une taille gérable (par exemple, la compréhension du gouvernement de 50 puits par an pendant 20 ans).

4.0 Références

4.1. Articles/Revues/Études

  1. 1)  Government Document – “Responsible Environmental Management of Oil and Natural Gas Activities in New Brunswick - Rules for Industry” - http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Corporate/pdf/ShaleGas/en/RulesforIndustry.p df

  2. 2)  UNB Opinion Paper – “Potential Impact of Shale Gas Exploitation on Water Resources” (Al, Butler, Cunjak and MacQuarrie, April 2012) - http://www.unb.ca/initiatives/shalegas/shalegas.pdf

  3. 3)  Journal Article – “Shale Gas Extraction Faces Growing Public and Regulatory Challenges”. (Physics Today, July 2011)

  4. 4)  Study – “Methane Contamination of Drinking Water Accompanying Gas-Well Drilling and Hydraulic Fracturing”. (Osborn, Vengosh et al, January 2011)

  5. 5)  Journal Article – “Water Management Challenges Associated with the Production of Shale Gas by Hydraulic Fracturing”. (Gregory et al, 2011 – Elements, Vol.7, p.181- 186)

  6. 6)  Paper – “Shale-Gas Experience as an Analog for Potential Wellbore Integrity Issues on CO2 Sequestration”. (Williams et al, 2010; submission to US National Energy Technology Laboratory)

4.2. Présentations vidéo :

  1. 1)  Dr. Anthony Ingraffea (Cornell) presentation on technical issues, constraints and risks of unconventional shale gas exploitation – Dec. 2011 – Hampton High School. Youtube video:

    Part1:https://www.youtube.com/watch?v=SjdhiZJCyzU&feature=related, Part2:https://www.youtube.com/watch?v=oPVWY96tIxg

  2. 2)  Dr. Adrian Park (UNB) presentation to NB Community College – perspectives on shale gas exploration and exploitation. (Nov. 2011)